UEFA - Euro 2016 - France
Tous les articles

Sagna venait "à reculons"

par La rédaction
sagna-home-reculons

Publié le 8 juin 2016 à 16:22

Il fait partie des titulaires indiscutables les plus discrets chez les Bleus: Bacary Sagna n'en est pas moins, de par son expérience, un des cadres de la sélection. Il revient sur l'image sportive qu'il véhicule en France, et son rapport aux railleries dont il fait l'objet.

Bacary Sagna va mieux. Après la qualification de Manchester City face au PSG en Ligue des champions, le latéral droit des Bleus tirait clairement la tronche face à la presse française. Il refusait même de nous parler, contrairement à nos homologues anglais, évoquant un manque de respect… Apaisé, il semble avoir réfléchi à la situation: "C’est mon quotidien d’être très critiqué offensivement, c’est comme ça. Je ne l’ai pas toujours bien pris, je l’ai déjà expliqué. Il m’est arrivé de venir en équipe de France à reculons. Je ne le cache pas, et je ne l’ai jamais caché."

S’il estime, à juste titre, avoir "pris l’avantage" face à Christophe Jallet – "Jaja" comme il l’appelle, sa doublure pour cet Euro 2016 – il connaît très bien ses faiblesses. Et surtout SA faiblesse: "En bleu, les attentes me concernant se portent forcément sur les centres. Je le sais, je travaille pour. Je fais le maximum pour être performant, en club comme en sélection. Je dois assurer, j’essaie de donner encore plus." Sa passe décisive pour Olivier Giroud, samedi à Metz contre l’Ecosse, lui a forcément fait du bien en ce sens.

Les reproches et les doutes, il n'aime pas ça

Mais les reproches et les doutes, Bacary Sagna n’aime vraiment pas ça. Selon lui, Giroud a aussi été victime de "critiques infondées". On sent clairement que ce n’est pas dans sa mentalité, comme lorsqu’on lui demande ce qu’il retient avant tout du Mondial 1998 (il avait alors 15 ans): "Ce dont je me rappelle, ce sont surtout les critiques. Je ne comprenais pas pourquoi il y en avait autant contre le coach et l’équipe. Après, il y a eu la victoire, bien sûr. L’équipe est montée en puissance, elle s’est unifiée et on doit s’en inspirer. Ils ont fait ce qu’il fallait pour mettre tout le monde d’accord petit à petit, et aller au bout."

En 2016, Bacary Sagna fait partie des sages de cette équipe de France. De sa voix très douce, il n’hésite pas à rappeler les bases: "Mon rôle est d’abord défensif. Avant tout, un défenseur doit défendre correctement. Je pense satisfaire les attentes offensives du coach, j’essaie d’apporter quand je peux. Après, ça ne fait jamais plaisir de prendre autant de buts. On aimerait être parfaits… On travaille, tout le monde doit défendre un peu mieux et prendre plaisir à le faire en équipe, à dégager un ballon, à faire un geste défensif. Ça doit être dans la tête de tout le monde, d’autant qu’on a pas mal de masse athlétique." Cette mise en garde, de nature à remettre les yeux des plus jeunes en face des trous, porte incontestablement la griffe de Didier Deschamps.