UEFA - Euro 2016 - France
Tous les articles

Mandanda: "On connaît nos forces et nos faiblesses"

par La rédaction
Steve-Mandanda-itw-avant-euro

Publié le 8 juin 2016 à 12:55

Steve Mandanda s'est présenté devant la presse ce mercredi, à deux jours du premier grand rendez-vous de l'Euro face à la Roumanie, au Stade de France. Pour le gardien de but de l'Olympique de Marseille, l'heure est à l'impatience pour des Bleus qui croient fortement en leurs chances de remporter le sacre continental.

Steve, vous avec connu beaucoup de préparations depuis 2008, en quoi celle-ci est-elle différente ?
La grosse différence, c’est surtout l’engouement que l’on sent autour de cette équipe. En termes de préparation, ça ne nous change pas beaucoup. On sent autour des Bleus un bel engouement. C’est bien, bien pour la compétition, on espère rendre au public tout ce qu’il nous apporte.

En quoi ce premier match est-il vraiment important ?
En gagnant, on aborderait très bien la compétition. On prendrait  un vrai capital confiance. Il n’y a pas beaucoup de matches, c’est donc d’autant plus important de le gagner. C’est le match d’ouverture, on doit répondre présent. Le but, ce serait d’emballer cette rencontre, marquer le plus rapidement possible. Un match dure 90 minutes, à nous de faire en sorte de le maîtriser pendant 90 minutes.

Malgré les nombreux forfaits, la défense est-elle toujours aussi forte ?
On a perdu des éléments importants de notre groupe. Mais justement, le plus important dans cette équipe, et c’est notre grosse force, c’est le collectif. On a rencontré quelques soucis sur le plan défensif, mais on a énormément travaillé. On connaît nos forces et nos faiblesses. On ira loin de cette manière, tant que le groupe tirera dans le même sens.

Pensez-vous être logiquement désignés parmi les favoris ?
Je ne sais pas, mais on a cette obligation de faire une belle compétition, d’aller au bout. On a l’ambition de gagner. Si nous sommes favoris, ce n’est pas à moi de le dire. Mais si on nous accorde ce crédit, on assumera. L’objectif est clair: aller gagner. On veut rendre une belle copie.

Pensez-vous vraiment pouvoir gagner l’Euro ou cherchez-vous à vous en convaincre ?
Si on n’a pas d’ambition, si on ne croit pas en nous, si nous n’avons pas confiance en nos partenaires, alors on ne fait pas la compétition. On joue à domicile, le public avec nous, on est en confiance par rapport à nos derniers matches, mais nous ne sommes pas les seuls à vouloir le gagner. Or, tout le monde ne la gagnera pas.

Y’a-t-il un des doutes malgré tout au sortir de deux ans de matches amicaux ?
On est toujours dans l’inconnu quand on débute un match. On sait qu’on a fait ce qu’il fallait pour que vendredi, on soit dans les meilleures conditions. Un match, on ne sait pas comment il va se dérouler mais nous mettons tous les atouts de notre côté pour que ça marche.

Comment allez-vous occuper ces 48 prochaines heures avant le match contre la Roumanie ?
Le plus gros de la préparation est derrière nous. On doit revoir un peu le bloc défensif, les coups de pied arrêtés, retravailler tout ce qui a été fait ces deux ou trois dernières semaines.

Et à quoi vous attendez-vous contre la Roumanie ?
La pression est sur nous, elle est là dès le départ en jouant à domicile. Les Roumains n’ont pas forcément de grands noms, mais des joueurs performants, ils ont fini deuxièmes de leur poule avec une grosse défense. Comme lors de l'Euro 2008, où ça avait été match très fermé, nous aurons face à nous une équipe qui part vite en contre. On sait ce qui nous attend, on ne part pas dans l’inconnu et on respecte énormément cet adversaire. On a travaillé sur cet adversaire toute la semaine. Les joueurs, on en connaît quelques-uns. Ne croyez pas qu’on ne respecte pas cet adversaire, nous sommes conscients de la difficulté qui nous attend. On a cette qualité offensive qui nous permet de marquer à tous moments, eux ont une bonne défense, on verra ce qu’il va se passer.